Qu’est-ce un deuil ?

William Bouguereau, Premier deuil, 1888 (Musée national des beaux-arts d'Argentine). Source : Wikipédia
William Bouguereau, Premier deuil, 1888 (Musée national des beaux-arts d’Argentine). Source : Wikipédia

Les réactions face au deuil

Le deuil est une expérience variable dans le temps et unique à chaque personne face à la perte d’un être cher. Le temps nécessaire pour vivre cette expérience et l’intensité de celle-ci varient selon le type de relation qu’avait l’endeuillé avec le défunt. Les circonstances du décès constituent également un facteur variable qui affectera la durée et l’intensité du deuil. Les réactions les plus fréquentes, selon la littérature, sont les effets émotionnels et psychologiques. Il arrive parfois que des réactions physiques se manifestent lors d’un deuil. Les réactions peuvent perturber la vie courante et engendrer des difficultés d’ordres psychologiques, cognitifs et relationnels. Les endeuillés doivent parfois composer avec des sentiments envahissants de culpabilité et de honte, parfois même de colère vis-à-vis cette perte. Les conflits non résolus sont souvent associés à ce type de sentiments. Afin d’éviter que l’expérience du deuil ne se métamorphose en manifestation pathologique et qu’elle ne précipite l’endeuillé vers une dépression majeure ou vers le suicide, celui-ci devra faire appel à ses aptitudes de résilience.

Étant donné que le deuil n’est pas un phénomène observable, mesurable ni quantifiable, il est impossible de savoir à quelle étape du processus de deuil se trouve la personne qui le vit. Selon Elisabeth Kübler-Ross, psychiatre et psychologue, pionnière de l’approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie, selon ses travaux, il y aurait 5 étapes du processus du deuil, et ce, à toutes formes de pertes catastrophiques. (1.le déni ou le choc, 2. la colère, 3. le marchandage ou la négociation, 4. la dépression et enfin 5. l’acceptation) 

Tableau des cinq phases du deuil selon Elisabeth Kübler-Ross (1969)
Tableau des cinq phases du deuil selon Elisabeth Kübler-Ross (1969)

Il est utile de tenir compte des témoignages qui soutiennent presque unanimement l’idée selon laquelle le deuil est un phénomène universel mais vécu de façon unique par chacun et ce, sans échéancier préétabli. Cela dit, ayant vécu des pertes récentes et l’expérience, il est vrai qu’il est ardu de savoir comment aider adéquatement une personne en processus de deuil. Pas plus, d’ailleurs, qu’il n’est aisé de savoir comment bien agir et comment se comporter face à la personne endeuillée. Il n’y a pas d’instruction facilitant la communication entre l’endeuillé et son entourage. Je crois, à mon humble avis, que la meilleure expression d’aide est d’offrir une présence positive, d’offrir son soutien durable et d’oser se manifester.

L’une des plus grandes menaces planant sur une personne en processus de deuil est l’isolement. Dès lors, il est de la responsabilité de chacun de briser le cercle de l’isolement, de ne pas éviter les personnes qui vivent un deuil puisque ce type de comportement ne contribue pas à résorber la douleur vécue par la personne.

Devant ce constat, il m’apparait clair que la principale difficulté que j’envisage pour bien intervenir face à l’endeuillé, est de développer un sens accru d’écoute, une capacité d’accueil des émotions provenant de la personne vivant ce deuil. Rien d’évident ici, car les émotions de l’un peuvent toujours entrechoquer mes émotions et faire resurgir, en moi-même, mes propres deuils.

Petite réflexion, comment vivez-vous vos propres pertes ? Comment abordez-vous les endeuillés autour de vous ?

Lisa Boucher

– Extrait d’un travail universitaire remis à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval en 2010 dans le cadre du cours – Intervention auprès du mourant.

 

One thought on “Qu’est-ce un deuil ?”

  1. Bonjour, merci beaucoup pour l’ensemble de ces informations, j’ai appris beaucoup, je connaissais rien à tout cela, s’il vous plait continuez à diffusez de nombreux articles de ce style, je vois la vie autrement maintenant. Merci…

Comments are closed.